Klein_01

Photographie de rue au Fotomuseum Winterthur

Dans les clichés d'époques passées, notre attention est souvent attirée par des détails contemporains : les coiffures, les vieilles voitures, la mode, les scènes de rue disparues, les gens qui communiquent et interagissent entre eux. Capter cet élan est inscrit dans la photographie de rue. Il dépeint la vie publique dans les grandes villes. Il dépeint des personnes dans des scènes de rue typiques de la vie quotidienne dans les espaces urbains. C'est ce volet documentaire de la photographie de rue qui produit toujours des témoignages contemporains de toute une époque. Dans le cadre de la nouvelle exposition "Street. La vie. Photographie", le Fotomuseum Winterthur offre des aperçus fascinants sur sept décennies de photographie de rue. Nous avons parlé de l'exposition avec Sabine Schnakenberg, commissaire de l'exposition et conservatrice du Deichtorhallen Hamburg.

Pourquoi est-il important, surtout en ces temps extraordinaires, de s’impliquer dans la communication et l’exposition de la photographie?

Les photographies sont le reflet de l’histoire passée. Ils sont donc importants à tout moment. En outre, il y a le point de vue du photographe, dont le caractère individuel s’exprime dans l’approche, le choix du motif, le choix du détail, les couleurs et le traitement. Il y a toujours quelque chose d’inhérent à chaque photographie qui la détermine soit thématiquement et en termes de contenu – comme c’est très clair dans la photographie de rue – ou qui peut aussi être déterminé par les médias. Dans le sens d’un sens du temps, d’une vision du temps, d’un moment de souvenir, dont chaque photographie est remplie de toute façon grâce au support.

L’exposition « Street. La vie. La photographie. Street Photography from seven decades » est consacré à un genre de photographie qui dépeint la vie dans l’espace public. Comment est née l’idée de l’exposition?

L’idée est née des fonds de la collection F.C. Gundlach, qui n’ont pas encore été présentés au public, ni en partie ni en totalité. Ainsi, l’exposition présente des icônes classiques de la photographie de rue collectées par F.C. Gundlach, mais pas exclusivement. En tant que conservateur de la collection, il est passionnant d’essayer des approches possibles, comme par exemple comment et si les icônes classiques peuvent travailler avec la jeune photographie de rue. Est-il possible de concilier les travaux? Quelles conclusions peut-on tirer sur les postes plus jeunes ? L’histoire de la photographie de rue peut-elle se poursuivre? Dans quelle direction se développe-t-elle ? Le fonctionnement numérique est-il différent de celui de l’analogique?

Quels sont les thèmes centraux de la photographie de rue dans l’exposition?

L’approche centrale est le groupe « Street Life ». Sept décennies de photographie de rue se rencontrent ici. Ce qu’ils ont tous en commun, c’est que la rue – au moment de la photographie – se transforme en scène et les passants en interprètes de leur propre vie quotidienne. C’est de ces archétypes de passants que traite ce groupe : comment se comportent-ils au fil des décennies, quels changements? Dans quelle mesure les photographes les abordent-ils différemment? Y a-t-il des tendances qui reviennent sans cesse?

Y en a-t-il qui existent?

Divers groupes thématiques ont été identifiés, tels que le Transfert public – la vie dans le monde parallèle hermétiquement clos des transports quotidiens, l’Aliénation – les effets aliénants dans la photographie, mais aussi ceux latents dans les photos qui peuvent irriter le spectateur, l’Anonymat – un groupe qui traite de la peur subliminale de l’isolement et de la solitude, et les Crashs – ce groupe traite des collisions de toutes sortes, à la fois de manière thématique et dans un sens supérieur.

Quelles conclusions, le cas échéant, l’exposition – et en ce sens les visiteurs – peuvent-ils idéalement tirer?

Eventuellement pour développer un sentiment pour la photographie ancienne et nouvelle dans la rue. Et puis de commencer à prendre des photos immédiatement.

« Rue. La vie. Photographie » présente un total de 36 positions et plus de 220 œuvres qui ont été créées au cours des soixante-dix dernières années. Comment les œuvres des 36 artistes* ont-elles été sélectionnées : quels critères ont été décisifs pour vous en tant que conservateur?

La version originale de l’exposition a été présentée à la Haus der Photographie dans les Deichtorhallen à Hambourg. Il y avait environ 350 œuvres exposées, réparties en sept groupes au total. L’exposition s’est ensuite déplacée à Vienne et maintenant à Winterthur et a été modifiée individuellement en termes de contenu pour s’adapter à la taille des salles et réorganisée au minimum. Les 36 postes sont ceux que les visiteurs de Hambourg ont particulièrement appréciés et ont très souvent reçu un retour immédiat. Curieusement, ce sont ces groupes et ces travaux qui déclenchent presque immédiatement une réaction émotionnelle assez forte chez de nombreuses personnes. J’ai condensé une fois de plus ces réactions pour Vienne et Winterthur.

La réalisation de l’exposition a peut-être été un défi compte tenu des circonstances actuelles. Qu’attendez-vous le plus malgré les difficultés?

La conception et la mise en œuvre n’ont pas posé de problème, puisque les travaux de l’exposition ont déjà commencé en 2016. Comme on le sait, le monde y était encore en ordre. Ce n’est qu’à Winterthur que la situation est devenue passionnante – maintenant, j’attends avec d’autant plus d’impatience la réaction des visiteurs* et peut-être aussi de la presse en Suisse. Je me demande s’ils trouvent d’autres points remarquables que les visiteurs en Allemagne ou en Autriche ?

Et pouvez-vous nommer une ou deux œuvres qui ont une signification particulière pour vous?

Les œuvres qui ont une signification particulière sont toujours des œuvres qui ont clairement une concentration psychologique.


De l’exposition « [SPACE] STREET. LIFE. PHOTOGRAPHIE » Deichtorhallen Hamburg/House of Photography 8 juin – 21 octobre 2018
studio@peterfunch.com
De l’exposition « [SPACE] STREET. LIFE. PHOTOGRAPHIE » Deichtorhallen Hamburg/House of Photography 8 juin – 21 octobre 2018
Laisser un commentaire