Portraits-3er-horizontal_2

FEMALE VIEWS by Fujifilm avec Sabina Bösch

Un projet carte blanche intitulé «Female Views», initié par Fujifilm, a démarré en pleine période de turbulences comme celle-ci avec une mission simple : promouvoir davantage la visibilité des femmes photographes suisses. Cette fois, l'accent est mis sur la photographe indépendante Sabina Bösch, basée à Zurich. Sa vision des femmes dans l'industrie créative ? Un avenir dans lequel le genre ne joue plus aucun rôle et où de telles questions n'ont plus de pertinence. Un monde dans lequel chaque personne serait jugée uniquement sur ses capacités et non sur son origine ou son sexe. Pour nous, Sabina a fait le portrait de six femmes des industries créatives suisses et leur a posé les mêmes questions que nous avons posées au photographe.

025_Fujifilm_628-B

«Pendant des décennies, les gens ont cru au génie du conservateur et de l’artiste. En conséquence, des structures misogynes se sont développées dans les institutions, qui représentent des obstacles invisibles pour les femmes. Pour devenir visibles, les femmes doivent d’abord surmonter ces obstacles. Il est compréhensible que tout le monde ne soit pas prêt à faire cela». – Michelle Akanji, co-directrice de la Gessnerallee de Zurich

025_Fujifilm_825-B

«L’autoportrait d’une femme est beaucoup plus complexe que celui d’un homme. Il y a beaucoup de critères exigeants à remplir – ou délibérément à ne pas remplir – de nature sociale, stéréotypée ou esthétique. Je pense que sous la pression de ces normes élevées, les femmes ont tendance à se sous-représenter – ce qui est compréhensible».  – Selina Bernet, créatrice de caractères indépendante


025_Fujifilm_1003-B

«Ma vision des femmes et de l’industrie créative est qu’à un moment donné, il n’est plus nécessaire d’avoir une vision pour les femmes, mais seulement une vision pour les gens et l’industrie elle-même.»  – Natasha Vavrina, réalisatrice et camerawoman indépendante

025_Fujifilm_115-B

«Les femmes devraient avoir plus de place, être rendues visibles. Nous devrions également être plus sûrs de nous et montrer ce que nous pouvons faire sans honte.»Anissa Todesco aka Amygdala, DJ et productrice


025_Fujifilm_571-B

«Il y a beaucoup de découragement pour les femmes dans l’industrie, et c’est aussi une barrière systématique que le marché crée. Tout incident qui décourage la créativité féminine doit être évoqué». – Ceylan Öztrük, artiste

025_Fujifilm_370-B

«Fascination » me semble très romantique. Une fois que vous avez goûté au sang, il n’y a pas de retour en arrière. Même si c’est le plus beau et le pire à la fois : soit on brûle pour quelque chose, soit on ne brûle pas.» – Nurit Hirschfeld, chanteuse et actrice


Les portraits ont été réalisés dans le cadre du projet « Female Views by Fujifilm » avec Sabina Bösch. Sabina Bösch, photographe indépendante vivant à Zurich, est titulaire d’un master en photographie de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne. Cette année, elle a été nominée pour un Swiss Design Award avec « Hoselupf », un projet photographique documentaire sur la section féminine du Sport national suisse de Schwingen.  Pour nous, Sabina a fait le portrait de six femmes issues des industries créatives et leur a posé les mêmes questions que celles que nous avons posées au photographe. Sa vision des femmes dans l’industrie créative ? Cliquez ici pour l’interview de Sabina Bösch.


Female Views by Fujifilm mit Fotografin Sabina Bösch, represented by Rene Hauser 

Umgesetzt mit FUJIFILM GFX100  

Protagonistinnen: Michelle Akanji, Co-Leiterin der Gessnerallee Zürich

Selina Bernet, freie Type Designerin

Natascha Vavrina, freie Regisseurin und Kamerafrau

Anissa Todesco aka Amygdala, DJ und Produzentin

Ceylan Öztrük, Künstlerin

Nurit Hirschfeld, Sängerin und Schauspielerin


Cliquez ici pour l’interview de Sabina Bösch

Laisser un commentaire