FUJIFILM X-PRO 3 – Photographier sans écran

Andi Gawlowski testete bereits die FUJIFILM X-Pro2 und war von dieser so angetan, dass er all sein Gear verkauft und das System komplett zu FUJIFILM gewechselt hat. Nun war mit der FUJIFILM X-Pro3 zwei Wochen in Sri-Lanka unterwegs. Andy Gawlowski erzählt von seinen Erfahrungen...
Andy Gawlowski

Andy, aufgewachsen in Deutschland und Polen, lebt seit Jahren in der Schweiz.  Er arbeitete Ende der 90er in einem Fotolabor, wo er seine Seine Leidenschaft für die Fotografie entdeckte.

Was als Hobby begann, wurde schliesslich zur Leidenschaft.

Den ersten Ausstellungen folgten verschiedene Auftragsarbeiten und eine Auszeichnung bei den Sony World Photography Awards. Seine Fotografie ist bekannt für ihre geschichtsträchtigen und kraftvollen Bilder, kombiniert mit einem einzigartigen Blick für Menschen- und Dronen-Aufnahmen.

 


À l’époque, c’était le FUJIFILM X-Pro 2, que j’ai pu tester pour mes photos de voyage au Maroc fin 2016. J’ai été tellement impressionné par l’appareil que j’ai vendu tout mon système plein cadre Canon et suis passé à FUJIFILM.

L’appareil photo était petit et léger, il avait l’air sacrément bien et prenait simplement de superbes photos. Le format compact est un argument de poids pour les photographes de voyage. L’une des photos que j’ai prises avec elle dans le port d’Essouira à l’époque a même fait partie du Top 50 dans la catégorie « Voyage » aux Sony World Photography Awards 2017.

À l’automne 2019, FUJIFILM a sorti son successeur, le X-Pro 3. L’annonce a immédiatement attiré mon attention pour l’occasion. Surtout quand j’ai entendu parler du concept de design particulier. À première vue, l’appareil photo n’a pas d’écran au dos où vous pouvez voir vos photos. Le FUJIFILM X-Pro 3 possède un écran arrière qu’il faut retourner pour le voir. L’intention qui se cache derrière est relativement claire.

FUJIFILM veut encourager les photographes à se concentrer davantage sur le processus de prise de vue lui-même, plutôt que de regarder constamment l’écran pour regarder leurs images. Cela rappelle beaucoup l’époque de la photographie sur film analogique et c’est aussi un concept qui a déjà été vu chez Leica.

D’ailleurs, cette vérification constante des photos est appelée « chimping » et peut conduire à perdre l’attention et la référence au paysage dans le moment photographique actuel. C’est quelque chose que j’avais l’habitude d’observer avec moi-même mais que j’ai réussi à éteindre. Avec le temps, vous prenez simplement plus confiance en vos capacités et vous devez donc regarder moins souvent l’écran.



Il était maintenant temps de tester

FUJIFILM Suisse a eu la gentillesse de me prêter le X-Pro 3 avec l’objectif FUJINON 14mm f2.8 pencake pour mon voyage de deux semaines au Sri Lanka pour des tests. Je me suis intentionnellement limité à un seul objectif pour donner toute mon attention à l’appareil photo lui-même.

Au fait, le 14 mm de l’APS-C est une distance focale fixe recommandée pour les courts trajets et surtout pour les trajets en ville. Sans zoom, il faut se déplacer davantage pour trouver la perspective souhaitée. Au lieu de cela, vous avez un système d’appareil photo très petit et léger avec un objectif rapide que vous aimez emporter avec vous. Et la meilleure chose reste l’appareil photo que vous avez avec vous.

Première impression

Mon impression du FUJIFILM X-Pro 3 a été assez positive.

Tout d’abord, il y a cette conception. Bien que le goût soit (non) discutable, l’apparence d’une appareil photo n’est pas sans importance pour moi. Les appareils photo FUJIFILM, avec ceux de Leica, sont pour moi parmi les plus beaux de tous les fabricants. Il s’agit peut-être d’une question mineure pour beaucoup de gens. Mais je sais de moi-même que je préfère simplement prendre un bel appareil photo à la main. C’est comme pour les voitures. Je préfère simplement conduire une belle oldtimer que ces vaisseaux spatiaux modernes. Cela vaut pour le design rétro de la série X-Pro. Ça rappelle les vieilles caméras de cinéma et ça a juste l’air bien.

C’est aussi bien pensé. Tous les boutons sont au bon endroit. L’appareil photo a un poids confortable (pas trop léger) et tient bien dans la main. Même la navigation dans le menu lui-même, une vieille faiblesse de FUJIFILM, a grandi au fil des ans et est maintenant beaucoup plus confortable à utiliser. Mais je ne lui attribuerais toujours pas de prix principal.

La qualité de l’image est très bonne, comme on peut s’y attendre de la part de FUJIFILM. La photographie avec le capteur X-Trans sans ISO nécessite quelques ajustements, mais peut être maîtrisée relativement rapidement après quelques sessions, y compris le post-traitement des images. Les capteurs APS-C n’ont probablement encore qu’une certaine faiblesse en ce qui concerne les lumières du haut. Comme pour le FUJIFILM X-Pro 2, j’ai remarqué que les reflets érodés sont difficilement récupérables par la suite. Ils ne contiennent presque aucun détail. Il faut garder cela à l’esprit quand on tourne des scènes avec de fortes différences de luminosité. Je conseille donc de sous-exposer les photos (en partie fortement), car dans les ombres sombres il y a évidemment plus de réserves que dans les hautes lumières. L’histogramme, qui peut être effacé dans le viseur, aide à reconnaître un pic de lumière.



Prendre des photos sans l’écran

Personnellement, j’ai trouvé l’expérience de la photographie sans exposition tout simplement sensationnelle. Il faut un peu de temps pour s’y habituer et pour s’en souvenir.

Mais une fois que vous vous êtes habitué au concept, c’est très amusant d’être sur la route avec votre appareil photo. En fait, vous vous concentrez davantage sur le moment présent, mais surtout sur les angles d’appareil photo. Si vous décidez vraiment de vous passer de l’écran, ou simplement de l’utiliser moins souvent, il est encore plus important de penser à des réglages comme l’ISO, l’exposition, l’ouverture et la vitesse d’obturation.

Après deux semaines de prises de vue sans écran, j’ai eu le sentiment d’avoir réellement fait un pas en avant sur le plan technique.

Lorsque je vois une scène que je veux photographier aujourd’hui, il est plus facile pour moi de choisir directement les bons réglages de l’appareil photo. Cela est particulièrement vrai pour le choix de l’ouverture souhaitée, car je prends des photos à 99% en mode Av (priorité à l’ouverture).

Grâce à ce seul fait, je peux conseiller à tout photographe ambitieux de se passer de l’écran et peut-être de l’éteindre complètement. La plupart des appareils photo offrent cette possibilité.



Conclusion

Que le X-Pro 3 et son concept vous plaisent ou non, c’est à chacun de décider pour lui-même en fin de compte. Si vous vous intéressez à la photographie, vous devez absolument essayer l’appareil photo. Cela pourrait être une expérience positive inattendue. En tout cas, je ne me suis pas autant amusé avec un appareil photo depuis de nombreuses années et je ne peux donc que le recommander chaleureusement. Il est léger, compact, a un aspect étonnant et prend de très bonnes photos. Et parce que c’était tellement amusant, je l’avais sur le corps plus souvent – en fait toujours. Cela peut être un avantage majeur, surtout lorsqu’il s’agit de photographie de voyage.

A l’article du blog d’Andy Gawlowski (en allemand).


 

Laisser un commentaire