FUJI CREATE. Le magazine pour les plus beaux instants en photo
retour
Astuces photo

Photographie d'aviation

La photographie d'avions est une discipline très particulière. Martin Thöni, photographe amateur, s'est découvert cette passion. Si un spectacle d'aviation est prévu quelque part, il est certainement sur place avec son appareil. Dans cet article, nous vous expliquons les dessous de cette spécialité

Différentes formes de photographie d'aviation

La photographie d'aviation se subdivise en deux catégories"Air to air", c'est à dire la la photographie de l'avion à partir du ciel, et "Ground to air", qui correspond à la photo de l'avion à partir du sol. Cet article détaille surtout la photographie "Ground to air".

"Air to air"

Dans la photographie "Air to air", la préparation est le facteur décisif. Une fois en l'air tout doit être à notre portée et prêt. On doit également savoir précisément où se trouve l'avion, et quand. Le plus célèbre photographe de cette spécialité est le Japonais Katsuhiko Tokunaga, qui a commencé la photographie "Air to air" en 1978 et reste aujourd'hui encore une figure de proue dans son domaine.

"Ground to air"

Dans la photographie "Ground to air", c'est la prise elle-même qui pèse le plus sur le résultat.

 

Certes, être familiarisé avec la région permet de trouver un endroit optimal proche de la trajectoire de vol attendue. Même là, il faut souvent être capable de réagir très vite et d'appuyer sur le déclencheur en quelques secondes.

 

Prendre en photo un avion à partir d'un autre, volant plus ou moins à la même vitesse, est bien plus confortable que de réagir en quelques secondes à partir du sol. On peut souvent travailler avec des focales moindres en "Air to air", alors qu'elles ne donnent que rarement des résultats satisfaisants en  "ground to air" . Pour obtenir des résultats vraiment bons, des focales de 300 mm sont souvent nécessaires. Une focale moindre, et le sujet est trop petit.

Grâce à la technique actuelle et à la résolution des appareils numériques, ces images peuvent toutefois être tellement ajustées (coupées) que l'on voit mieux l'objet tout en préservant une résolution suffisante.

 

Les débuts en photo "ground to air" ne sont vraiment pas difficiles

Le plus important est d'avoir un réel enthousiasme pour l'aviation,de la patience, une main assurée et l' œil pour le sujet.

 

L'enthousiasme va de soi, mais pourquoi la patience ? Si l'on veut prendre des photos à partir d'un aéroport, surtout un aéroport militaire, on doit évidemment attendre les avions. À l'aéroport de Zurich, on peut consulter les heures de départs et d'arrivées en ligne et savoir quel type d'avion vole, et à quelle heure. Dans les aéroports militaires, ce n'est que très rarement le cas.

Matériel

Pour photographier des avions, il est conseillé d'utiliser un appareil avec une vitesse d'AF rapide (AF=autofocus). Le retard d'obturation devrait également être le plus court possible, afin de réagir au plus vite.

 

Pour les débuts, un zoom court, par exemple 16-80 mm (équivalent au format 24-120 mm) et un zoom long, par exemple 50-200 mm  (équivalent au format 75-300 mm) suffisent certainement.

 

Réglages de l'appareil

Autofocus (AF)

Pour tous les objets en mouvement, l'idéal est de paramétrer l'autofocus sur C (continous, continu).

Zone de mise au point

Pour un seul avion,  il faut utiliser une zone de mise au point unique ou un nombre moindre de zones de détection.  Pour les formations de plusieurs avions, on peut paramétrer un nombre de zones plus important (par exemple, 72 zones sur le Nikon D500). On optimise ainsi les chances d'obtenir une photo vraiment nette.

Mesure et correction d'exposition

Pour la mesure d'exposition, on conseille la mesure matricielle, ou mesure évaluative. Les éventuelles corrections d'expositions, par exemple en raison de nuages brillants, d'un léger contre-jour, d'une lumière éclatante, etc. sont réalisées manuellement, en sous- ou surexposant proportionnellement.

 

L'idéal est d'essayer différents paramètres et mesures et de voir leur influence sur l'image finale.

Vitesse d'obturation

Ici, c'est l'avion à prendre en photo qui est le facteur décisif. Un jet va plus vite qu'un hélicoptère, ce qui nécessite un temps d'obturation plus rapide.

 

Jets: vitesse d'obturation la plus rapide possible, 1/1000s ou plus court

 

Avions à hélice: 1/500s et plus lent. Photographier le mouvement des hélices comme un "disque" plein, nécessite une vitesse d'obturation plus lente de 1/30sSinon, il est conseillé d'utiliser une vitesse d'obturation de 1/250s à 1/500s.

 

Hélicoptère: 1/500s et plus lent. Selon la façon dont on aimerait photographier les pales, on utilisera une vitesse d'obturation plus rapide ou plus lente.

 

Quoi qu'il en soit, un pied est la plupart du temps indispensable.

ISO

Il faut garder la plus petite valeur ISO  possible. Les appareils actuels atteignent sans peine des valeurs ISO de presque 3200 et vous pouvez donc les utiliser sans y réfléchir à deux fois. Pour les prises de nuit ou par mauvaises conditions lumineuses (par ex. crépuscule, nuages, etc.) on doit souvent paramétrer une valeur ISO plus haute. Et ce, même avec des objectifs ultra-lumineux.

Mode cadencé

Pour les prises d'objets en mouvement (pas seulement en vol), on active le mode cadencé. On augmente ainsi ses chances de prendre une photo réussie. En outre, les avions partent souvent vite et ne reviennent pas. Ce qui se payait cher auparavant n'est plus un problème aujourd'hui: il suffit de supprimer les prises ratées.

 

>>Pour en savoir plus sur le thème de la photographie d'objets en mouvement, consultez les deux articles "Mouvement en photographie pt. 1" et "Mouvement en photographie pt. 2".

 

Format

Pour les prises de nuit, il est intéressant d'utiliser le format RAW, l'ainsi nommé "négatif numérique". Il offre encore beaucoup de potentiel pour tirer le meilleur d'une image lors de la phase de traitement.

 

>> Pour en savoir plus sur le format RAW, consultez l'article "Format JPEG ou RAW?".

 

Sous l'objectif: Martin Thöni

Il a passé son enfance dans l'Oberland bernois, non loin de la zone de départ de l'aéroport militaire d'Interlaken. Cette proximité des jets à l'époque est n'est certainement pas pour rien dans sa passion pour les avions et la technique photo qui leur est consacrée.

 

>> Vous trouverez plus d'informations au sujet de Martin Thöni et ses photos d'aviation à l'adresse www.powerplanes.ch

Voici une galerie avec d'autres images impressionnantes de Martin Thöni:

^