FUJI CREATE. Le magazine pour les plus beaux instants en photo
retour
Photo Specials

Les grandes étapes de la photographie

De la chambre noire au reflex numérique, Le premier sténopé marque, au 19ème siècle, le début de l'histoire de la photographie. Nous en résumons ici les étapes principales, des débuts à nos jours.

Les fondations de la photographie: le premier sténopé et le développement du procédé positif-négatif

1826, le chambre noir

En l'an 1826, le Français Nicéphore Niépce parvient, pour la première fois, à prendre une photo à l'aide d'un appareil qu'il a lui-même conçu, la chambre noire. L'image, dénommée "Point de Vue du Gras", est la plus ancienne photo encore conservée à ce jour.

 

L'appareil exposait sur une plaque d'étain recouverte de bitume de Judée dissout dans de l'huile de lavande. Selon le niveau d'exposition, le mélange de bitume durcissait de façon plus claire ou plus sombre. La photo a pu être fixée après huit heures d'exposition.

1839, le daguerréotype

En 1839, le daguerréotype conçu par Louis Daguerre, est présenté à l'Académie des Sciences de Paris. Dès sa sortie, il constitue un système efficace et viable.

 

Le procédé a été développé sur base de la sensibilité à la lumière des halogénures d'argent et consiste en plaques de cuivre argentées et polies.  La sensibilité à la lumière est ici obtenue par l'action de la vapeur d'iode. Enfin, on ajoute aux plaques de la vapeur de brome et de chlore, lesquels garantissent une sensibilité à la lumière plus grande encore.

 

Immédiatement, le daguerréotype permet de prendre des images clairement nuancées, montrant même les plus petits détails que l'on pouvait considérer à la loupe. Des procédés bien plus tardifs seraient évalués à l'aune de ce standard.

1840, la première procédé positif-négatif

En 1840, le Britannique William Henry Fox Talbot a perfectionné et breveté son procédé positif-négatif sur lequel il avait travaillé six années durant. L'ainsi nommé calotype ou talbotype permettait pour la première fois la création de nombreux exemplaires grâce au négatif.

 

La première photo était enduite de cire et l'on en tirait un négatif transparent. Elle était ensuite transférée sur un papier sensible à la lumière, ce qui permettait d'obtenir l'image positive.

 

1840, le premier objectif, sur base de calculs mathématiques

La même année, le Slovaque Joseph Maximilian Petzval concevait à Vienne le premier objectif, sur base de calculs mathématiques, avec une force lumineuse particulièrement haute pour l'époque de 1:3,4.

1840 - 1890, appareils à plaque

Les ainsi nommés appareils à plaque ont prévalu entre 1840 et 1890 environ.  Les plaques de verre-négatifs qu'on en retirait créaient des images d'une grande netteté mais toujours de même taille que le tirage souhaité. Par exemple, pour des photos de montagnes, on construisait des appareils énormes qui devaient être portés par plusieurs hommes.

Le développement de cet appareil s'est poursuivi: temps d'exposition plus court, prises de vue en rafale, puis la bobine de pellicule et le premier appareil à pellicule sont apparus

1871, la première plaque sèche à base de gélatine

En 1871, Richard Leach Maddox a conçu la première plaque sèche à base de gélatine, dont la sensibilité bien plus importante que les plaques humides au collodion utilisée jusqu'alors (et développées par Frederick Scott Archer et Gustave Le Gray 1850/1851) a convaincu.

 

Les plaques à base de gélatine étaient en outre bien plus résistantes que les plaques à collodion et pouvaient ainsi aisément être emportées en voyage. Elles étaient aussi jusqu'à dix fois plus sensibles que les plaques de collodion. De quoi permettre enfin les prises avec des temps d'exposition bien plus courts.

1878, première prise de vue en rafale d'un motif en mouvement

Neuf ans plus tard, en 1878, le Britannique Eadweard Muybridge réalisa la première prise de vue en rafale d'un motif en mouvement, un cheval au galop.

1887, films plans

En 1887, les films plans, créés et brevetés par Hannibal Goodwin, remplacent les plaques de verre ainsi que les plaques sèches de gélatine développées plus tard. Les films plans ne sont pas enroulables mais flexibles, résistants et légers.

 

Ils sont composés de cellulose et sont toujours utilisés à l'heure actuelle (par exemple, dans les films instantanés) Goodwin poursuivit au tribunal la George Eastman Company, l'actuelle Kodak, qui prétendait avoir découvert la pellicule en bobine, en déposa le brevet et obtint un franc succès avec "sa" pellicule en bobine.

1988, l'appareil à boîtier sur base de pellicule à bobine

En 1888, la photographie devint populaire avec l'appareil à boîtier sur base de pellicule à bobine de l'entreprise américaine Kodak. L'Original Kodak et le Kodak Nr. 1 sont apparus. L'entreprise proposait en outre un service de développement. Leur slogan à l'époque était "You press the button, we do the rest".

 

La structure de l'appareil était simple pour toucher des clients non avisés au point de vue technique. L'appareil ne devait pas être déplié et peu de paramètres étaient disponibles.

Les boîtiers furent disponibles de 1900 à 1970 et particulièrement populaires dans le milieu des années 50.

 

1895,  le premier "appareil photo reflex à miroir"

En 1895, le Berlinois Fritz Kricheldorff développa le premier "appareil photo reflex à miroir" qu'il fit breveter en 1910. Le problème était que, pendant 30 ans, l'image apparaissait à l'envers.

 

L'évolution de la photographie au 20ème  siècle: les premiers appareils petit format

1914, prototype d'un appareil photo sur base d'un petit format

En 1914 le chef du département de développement de l'entreprise Leitz à Wetzlar, Oskar Barnack, terminait le prototype d'un appareil photo sur base d'un petit format (24x36mm). À cause de la première guerre mondiale, l'appareil petit format de Barnack ne fut produit en série qu'en 1924. C'est sur ce concept que repose la création de l'Ur-Leica.

1932 - 1934, développée au Japon, films cinéma, premiers films colores

L'industrie photographique s'est également développée au Japon de 1932 à 1934. Nikon fabriqua les objectifs dès 1932, tandis que Fujifilm produisit des films cinéma dès 1934. En 1935 et 1936 Kodak et Agfa sortirent les premiers films tricolores petit format. Le Kodachrome arrive sur le marché en 1935, et l'Agfacolor, un an plus tard.

1936, premier appareil reflex à miroir petit format "Kine exakata"

Le Kine Exakta de l'entreprise Ihagee de Dresden fut le premier appareil reflex à miroir petit format, disponible dès 1936. Il présentait un boîtier trapézoïdal, une feuille de film vissée ainsi qu'un couvercle arrière amovible.

 

L'obturateur de l'appareil fonctionnait en tant qu'obturateur plan focal avec deux toiles et permettait des temps d'exposition de 1/1000 jusqu'à 12 secondes. Un retardateur comptait également parmi l'équipement du Kine Exakta.

1957, l'image instantanée Polaroid

En 1957, Edwin Herbert Land développait l'image instantanée Polaroid et la présentait au public.

Évolution à partir de la deuxième moitié du 20ème  siècle: automatisation et numérisation de la photographie

1936, premier appareil avec autofocus

Dans le cadre de la Photokina 1963, l'entreprise japonaise Canon présenté le premier appareil avec autofocus, qui s'adaptait automatiquement au sujet.

1975, le premier appareil numérique fonctionnel avec un poids de 3,6 kilos

En 1975, Steve Sasson de Kodak développa le premier appareil numérique fonctionnel avec un poids de 3,6 kilos et qui tirait des photos en noir et blanc de 10 000 pixels.

 

1978, premier appareil compact à autofocus sur le marché

En 1978, le Konica 35 AF était le premier appareil compact à autofocus sur le marché. Toutefois, ce n'est qu'en 1985 que le Minolta 7000 ajouta l'autofocus à un appareil reflex à miroir. Cet appareil disposait d'un système autofocus (AF) totalement intégré au boitier.

1981, l'appareil reflex Mavica  - captures d'écran sur disquette

En 1981, Sony sortit l'appareil reflex Mavica qui fonctionnait avec un capteur CCD et sauvegardait des captures d'écran sur disquette. Plus tard, des appareils vidéo fixes d'autre fabricants furent disponibles qui réalisaient des images immobiles et les enregistraient en tant qu'images isolées sous différents formats sur disques magnétiques.

 

1986, le premier appareil disponible dan les commerce.

Le Canon RC-701 était le premier appareil disponible dans les commerce en 1986 à enregistrer des données d'images sur support magnétique.

 

1991,  premier appareil numérique disponible pour un marché plus large

Le Logitech Fotoman fut, en 1991, le premier appareil numérique disponible pour un marché plus large. Toutefois, il ne faisait que des photos en noir et blanc et ne possédait pas d'écran. Dans les années qui suivirent, les premiers appareils numériques couleur avec des écrans d'Apple, Casio, Fujifilm et Kodak arrivèrent sur le marché.

 

1991, premier appareil reflex entièrement numérique

C'est en 1991 également que Kodak présenta le DSC-100, le premier appareil reflex entièrement numérique. Le modèle se basait sur le Nikon F3, un appareil reflex petit format pour applications professionnelles et fonctionnait avec un capteur de 1,3 mégapixels.

 

1999, appareil reflex numérique D1 avec un capteur CCD

En 1999, Nikon présenta le premier appareil reflex numérique D1 avec un capteur CCD de 2,6 mégapixels pour des photos professionnelles, lequel fut développé par l'entreprise même et permettait des prises jusqu'à 2000 x 1312 pixels.

 

La même année les téléphones portables avec appareil photo intégré apparaissaient au Japon. L'Allemagne, quant-à-elle, devra attendre 2002.

 

Évolution au cours du 21ème siècle

En l'an 2000, le premier appareil amateur avec une résolution de 4 mégapixels arrive sur le marché. Depuis, la résolution n'a cessé d'augmenter.

 

Depuis 2003, les appareils numériques présentent de meilleurs résultats de vente que les appareils analogiques.

 

En 2008, Panasonic présente l'appareil photo hybride Lumix G1 qui, en comparaison aux appareils réflexes numériques, contient un viseur électronique et pas optique, ainsi qu'un écran 3 pouces.

 

Aujourd'hui et l'avenir...

Ces dernières années, les producteurs travaillent surtout à des subtilités sur les capteurs, les lentilles, les systèmes focaux, etc...

Les appareils tels que les plénoptiques, à la netteté continue, ou les appareils à 360°, capables de prendre des photos tout autour, ne sont que quelques-unes des évolutions de la photographie.

 

Qu'est-ce qui nous attend dans l'avenir? Laissons-nous surprendre...

 

^