FUJI CREATE. Le magazine pour les plus beaux instants en photo
retour
Photo Specials

À la découverte du Cap Vert avec un appareil photo

« À chaque fois que je découvre une personne intéressante, je vais simplement vers elle et je lui adresse la parole », nous raconte Sandro Georgi, photographe suisse passionné. Il est resté deux semaines au Cap Vert afin de faire un reportage sur l’île et ses habitants. Avec lui : deux appareils FUJIFILM de la série X. Sandro Georgi nous en dit plus ...

Le Cap Vert

Le Cap Vert est un pays africain qui comprend neuf îles habitées et six îles désertes dans l'Océan Atlantique et qui se situe à 550 kilomètres environ de la côte ouest africaine. En décembre 2015, nous avons visité les îles du Cap Vert.

 

Jusqu'ici, le pays reste encore peu convoité par le tourisme de masse. À l'exception de l'île de Sal, avec ses plages de sable blanc et ses conditions parfaites pour le kitesurf et la planche à voile..

 

La ligne aérienne nationale TACV relie les îles isolées, tandis que l'on se déplace à l'intérieur des terres avec des « Aluguer » (des taxis collectifs). Ils parcourent la plupart du temps des distances fixes et offrent une belle opportunité d'entrer en contact avec les habitants. 

Notre plan

Maints commentaires mettaient en garde sur les forums contre les nombreux accidents d'avion enregistrés par TACV. C'est pourquoi nous avons décidé de ne visiter que trois îles : Sal, Santiago et Fogo. Sal, pour ses paysages désolés et ses marais salants, Fogo, pour ses plantations de café et la possible éruption du volcan actif, et enfin Santiago, pour la Serra Malagueta.

 

Malheureusement, notre vol pour Fogo a été annulé, et nous avons dû abandonner cet objectif. 

Sal

Sur l'île de Sal il y a deux salines. Dans la saline de Santa Maria, nous avons rencontré, lors d'un après-midi ensoleillé, un homme qui travaillait. Il était en chaussettes dans le lac de sel. Pour son travail, il n'a besoin que d'une pioche pour amasser les morceaux de sel en tas.

 

Plus tard, lorsqu'il a pris sa pause et est retourné dans sa chaumière, j'ai pu prendre une photo de lui.

 

Pour de tels portraits, j'aime utiliser un objectif 56mm avec sa netteté incroyable et l'opportunité qu'il offre de dissiper l'arrière-plan.

Santiago

À Santiago, j'ai vu un jeune homme qui observait son collègue dont le harpon s'était coincé dans un rocher.

Le pêcheur est revenu un court instant sur la rive pour prendre une barre métallique afin de libérer son harpon bloqué. Très vite, il est retourné à ses profondeurs marines.

 

Sur la plage de la capitale Praia, nous avons eu la chance de rencontrer un pêcheur qui revenait de mer et préparait son bateau pour le lendemain.

Il nous a donné des conseils sur les poissons à manger et nous a désigné le restaurant qui achetait ses prises. Lorsque je lui ai demandé un portrait, il a tout de suite accepté et a posé sur son bateau.

 

Pour des portraits comme celui du pêcheur, mais aussi celui de "l'observateur", j'utilise volontiers l'objectif 35mm f/1.4 (ou l'X100T avec 23mm). Cela me permet de démarquer la personne de l'arrière-plan mais de présenter malgré tout une partie de l'environnement.

 

 

Quand je voyage ...

... je suis curieux des habitants, de leur vie, de leur travail et de leurs relations. Même si je ne parle pas leur langue, il y a toujours moyen d'apprendre à se connaître. À chaque fois que je rencontre une personne intéressante, je vais simplement vers elle et je lui adresse la parole. Si j'ai l'impression de déranger, je souhaite la bonne journée et poursuis ma route. Cependant, c'est rarement le cas, bien au contraire : il en ressort souvent des dialogues (parfois avec les mains et les jambes) et j'ai la chance de découvrir un peu de leur vie.

Ma photographie

Quand je voyage, je recherche d'une part des gens intéressants pour des portraits, mais, d'autre part, j'aime être sur la route pour réaliser des candids (photos spontanées, prises sur le vif, Street Photography). Pour la rue, je préfère utiliser un X100T. Il est petit, discret, et se remarque à peine. Beaucoup de gens ne réalisent même pas que je les ai dans le viseur. Je peux ainsi photographier des scènes du quotidien sans que les gens, même de façon inconsciente, commencent à poser devant la caméra.

Outre mon intérêt pour mes semblables, les lieux et anecdotes me fascinent, qui témoignent encore du passage de gens partis. Sur l'île de Sal, alors que nous marchions le long de la côte, nous sommes arrivés à un ensemble de cabanons. Elles sont bien utilisées comme cafés ou cabanes de plage pendant la saison de surf, mais elles étaient abandonnées au moment où nous les avons vues.

 

Il s'agit la plupart du temps d'objets isolés qui me sautent aux yeux de par leur situation dans l'environnement. Pour de telles photos, j'aime utiliser un objectif grand angle, comme par exemple le 14mm. Je prête ainsi assez d'attention à l'objet tout en capturant une bonne partie de l'arrière-plan, pour en raconter l'histoire.  

Pourquoi avoir choisi les appareils photo de la série X FUJIFILM?

Cela fait bientôt trois ans que j'utilise FUJIFILM. J'étais un photographe adepte du plein format, mais je me suis ravisé pour des appareils plus petits et plus légers, capables d'obtenir la qualité d'image nécessaire tout en offrant un accès rapide à tous les paramètres. La forme des appareils Fuji, la bague de contrôle analogique et l'excellent viseur électronique m'aident à mettre l'accent sur la composition des images sans me laisser distraire par le matériel. La compacité de l'appareil me permet en outre de rester plus discret et de me rapprocher des gens.

 

Tout a commencé avec un X-E1 et l'objectif FUJINON 35mm f/1.4 R. Entretemps, de nouveaux boitiers se sont ajoutés à la collection et, la plupart du temps, j'utilise soit l'X-T1 ou le X-Pro2 et je dispose de divers objectifs FUJINON. Un X100T reste constamment dans mon sac, pour me permettre de prendre des photos à tout moment.

 

Au début, je n'utilisais ces appareils que pour le plaisir et en voyage, mais désormais, je les utilise également pour la plupart de mes projets. Ich hatte keine Ahnung, wie viel Freude ich an der X-Serie von FUJIFILM haben werde. En conclusion, les deux appareils, le X-T1 et le X100T, ont fonctionné de manière irréprochable pendant toute la durée de mon voyage au Cap Vert.

 

La simplicité de l'appareil me plaît, avec sa molette de réglage analogique, combinée à un exceptionnel capteur électronique. Le format de l'appareil et son mode de fonctionnement m'aident à mettre l'accent sur la composition d'image sans devoir me soucier du matériel...

Mon style

Je suis constamment à la recherche de lignes claires, de formes marquées, de structure et de simplicité dans mes images, afin de diriger le regard du spectateur. Dans mes projets, je travaille souvent en noir et blanc, parce que je ressens parfois la lumière comme une distraction.

 

Le viseur numérique de l'appareil X me permet de voir directement l'exposition de l'image finale ("What you see is what you get") et ainsi de choisir plusieurs simulations de films. Le réglage personnalisé de l'appareil me permet d'obtenir facilement et rapidement la photo que je voulais. Pour les images en noir et blanc, j'utilise entre autres le préréglage de simulation de film monochrome avec +1 pour les highlights et les ombres.

Traitement d'image

Je travaille généralement en format RAW (même si les JPG sont souvent déjà très biens) pour me garder toutes les possibilités de traitement à la maison. Si je veux malgré tout déjà en téléverser quelques-unes sur internet (Facebook, Instagram, etc.) en route, j'utilise le RAW-Converter intégré de l'appareil X et l'application FUJIFILM pour transférer les images sur mon iPad.  Exceptionnellement, si l'image JPG qui en résulte ne correspond pas encore tout-à-fait à mes attentes, je peux toujours traiter les images à l'aide des applications correspondantes telles que VSCO, Photoshop Fix ou Photogene.

Dans le Viseur: Sandro Georgi

Je suis photographe indépendant et vis en Suisse. Pour mes images, je recherche la simplicité, des détails graphiques et des structures, formes et lignes claires. Je suis spécialisé dans la photographie documentaire et trouve mon inspiration dans les gens, leur histoire et leur environnement.

>> Vous trouverez de plus amples informations sur Sandro Georgi à l'adresse www.sandrogeorgi.com

^